Une vision positive du développement durable

Le transfert de l’aéroport de Nantes est porteur d’une vision positive du développement durable et va permettre la poursuite des projets de renouvellement et de développement urbains.

 

Les collectivités territoriales, aux côtés de l’État, veillent à ce que le projet soit réalisé dans le strict respect du droit national et européen. Le Tribunal Administratif de Nantes a ainsi validé, le 17 juillet 2015, les arrêtés préfectoraux autorisant les travaux. Il a rejeté les 17 recours déposés contre les arrêtés “Loi sur l’eau” et “espèces protégées” et contre la DUP du programme viaire.

 

La réalisation de l’aéroport du Grand Ouest s’inscrit pleinement dans la démarche “Eviter, Réduire et Compenser” et s’accompagne ainsi d’importantes mesures agro-environnementales en faveur des milieux aquatiques, les espèces animales et végétales recensées.

 

Les mesures de compensation permettront de créer des milieux bocagers humides. Elles consistent en la reconversion de terres arables en prairies naturelles, en la création et l’entretien de mares, en la création et un renforcement de réseaux de haies bocagères, en la restauration et la conservation d’habitats remarquables.

 

Cette démarche rassemble les collectivités partenaires, le concessionnaire, les syndicats de bassin, la profession agricole et reste ouverte aux associations de protection de la nature.