Le transfert de Nantes Atlantique, un atout pour l’emploi et la filière aéronautique

Le secteur de l’aéronautique est actuellement un des moteurs principaux qui tire l’économie française, et dont les potentiels d’innovation restent considérables.

 

Ainsi, le développement du trafic aérien s’est accompagné d’une amélioration continue de l’efficacité énergétique : depuis 1990, les émissions de CO2 par passager/fret-kilomètre-transportés ont diminué de 32 % (source CITEPA/ DGAC).

 

Avec le transfert de la plateforme actuelle, les espaces libérés permettront le développement de l’emploi et des activités des PME de la filière aéronautique, notamment de l’entreprise Airbus, ainsi que la création de 5 000 emplois dont 1 000 chercheurs en lien avec l’IRT Jules Verne.

 

 

« La région Pays de la Loire est la 2è région aéronautique de France. »

Tous les acteurs de l’aéronautique sont confiants pour l’avenir du secteur. Au salon du Bourget de 2015, les commandes ont atteint un record historique de 130 milliards d’euros.

 

En France, selon le Gifas (Groupe des industries françaises aéronautiques et spatiales), l’aéronautique mobilise près de 310 000 salariés. Les effectifs ligériens représentent 5 % des effectifs nationaux soit environ 18 000 emplois, dont plus de la moitié sont basés en Loire-Atlantique.

 

Des emplois pérennes puisqu’on estime que la croissance du trafic aérien va se poursuivre, à un rythme de 5 % par an, pour doubler d’ici 2040. Autant de signaux encourageants pour l’emploi en Loire-Atlantique, en Pays de la Loire et plus largement dans l’Ouest de la France.