« Un projet pharaonique qui conduira à un assèchement des finances publiques locales »

  • Un futur aéroport à coût maîtrisé : le coût de la plateforme aéroportuaire, 446 millions d’euros (auxquels il faut ajouter 81 M€ pour la desserte routière et 34 M€ pour la tour de contrôle), est extrêmement maîtrisé.

 

 

  • idee-recue-coutUn investissement raisonnable pour les finances publiques locales : par exemple, la part du Conseil régional des Pays de la Loire, première collectivité contributrice, s’élève à 40,4 millions d’euros à comparer avec sa capacité d’investissement sur 5 ans qui est de 2,5 milliards d’euros sur 2011-2016, soit 1,6%.
  • Un investissement à comparer à celui d’autres projets d’infrastructures actuels : on peut par exemple le comparer au coût de la LGV Bretagne Pays de la Loire, un autre projet d’infrastructure structurant pour le Grand Ouest dont le coût est estimé à 3,4 milliards d’euros.
  • Par ailleurs, à la demande des collectivités, le contrat de concession, une des formes juridiques de la Délégation de Service Public, prévoit une disposition innovante sous la forme d’une clause de “retour à meilleure fortune”, c’està- dire que l’État et les collectivités territoriales participant à l’investissement initial seront remboursés par un dispositif d’intéressement aux excédents d’exploitation (dès qu’ils seront supérieurs aux prévisions).

 

 

FAUX