Mot du Président du SMA

Le 4 mars dernier, les élus des 22 collectivités membres du Syndicat Mixte Aéroportuaire ont renouvelé, suite aux élections régionales de décembre 2015, les instances du Syndicat Mixte Aéoroportuaire.

 

Le Syndicat Mixte Aéroportuaire porte la voix de toutes les collectivités concernées par la réalisation de l’aéroport du grand Ouest. C’est une instance de consensus entre les élus et porteurs d’une même vision de l’intérêt général.

 

Les élus du Bureau, composé des représentants des 6 collectivités qui participent au financement de la plateforme aéroportuaire et de sa desserte routière, m’ont accordé à l’unanimité leur confiance pour présider le Syndicat Mixte Aéroportuaire.

 

Dans le prolongement de l’action de mon prédécesseur, et comme la très grande majorité des élus et des habitants concernés, je soutiens le transfert de Nantes Atlantique sur le site de Notre-Dame-des-Landes. La réalisation de l’aéroport du grand Ouest, une infrastructure utile et essentielle pour renforcer notre accessibilité et notre attractivité internationales, bénéficie d’une véritable légitimité :

 

  • Une légitimité économique tout d’abord : les investissements publics de l’Etat et de nos collectivités sont indispensables pour favoriser la croissance et l’emploi, pour soutenir la compétitivité des entreprises de nos territoires. L’aéroport du grand Ouest, ce sont ainsi 3 000 emplois tout au long du chantier, au moment où la crise fragilise considérablement les entreprises du bâtiment et des travaux publics. A terme, c’est aussi la création de près de 5000 emplois dans les entreprises de la filière « aéronautique », un des fleurons industriels de nos territoires.
  • Une légitimité écologique ensuite, puisque le transfert de l’aéroport Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes mettra un terme aux nuisances sonores liées au survol de l’agglomération nantaise, ainsi qu’aux nuisances environnementales avec la fin du survol de la Zone Natura 2 000 du Lac de Grand Lieu. Le transfert de l’aéroport Nantes Atlantique, c’est ainsi la possibilité de conjuguer concrètement « développement » et « environnement », dans un esprit constructif et innovant, c’est aussi un moyen de préserver nos ressources naturelles et agricoles en évitant l’étalement urbain.
  • Une légitimité démocratique enfin, puisque l’immense majorité des élus des collectivités concernées, de toutes tendances politiques, se sont prononcés depuis longtemps avec détermination en faveur du projet, et que plus de 160 décisions juridiques ont confirmé le strict respect de l’Etat de droit et donc la légalité du transfert.

 

En tant que Président du Syndicat Mixte, comme en tant que Président de la Région des Pays de la Loire, j’aurai à cœur de veiller à la prise en considération des intérêts de tous les habitants concernés et à porter, avec mes collègues du Bureau, les intérêts de toutes les collectivités membres du SMA.

 

 

BRUNO RETAILLEAU, PRESIDENT DE LA REGION DES PAYS DE LA LOIRE, PRESIDENT DU SMA