L’avenir radieux du transport aérien

Le nombre de voyageurs devrait doubler d’ici 2040

 

S’il est un secteur d’activité qui peut s’enorgueillir de présenter de très belles perspectives d’avenir, c’est bien celui du transport aérien. En dépit de la crise économique qui sévit depuis plusieurs années, les compagnies aériennes devraient, en effet, multiplier les commandes dans les prochaines années.

 

Selon des chiffres présentés au Salon du Bourget, en juin dernier, lors des 20 prochaines années, pas moins de 35 000 appareils devraient ainsi être achetés, un marché estimé à quelque 3 600 milliards d’euros.

 

Les constructeurs aéronautiques Airbus et Boeing affirment ainsi que plus d’un tiers de la demande mondiale viendra de la région Asie-Pacifique (12 800 appareils), un autre tiers de l’Amérique du Nord – dont la flotte est vieillissante- et l’Europe (7000 appareils chacun). Viennent ensuite l’Amérique latine (2 900), le Moyen-Orient (2610), la Russie et les Etats indépendants (1 170) et l’Afrique (1070).

 

Un succès potentiel à mettre sur le compte de la très forte croissance prévisible du trafic. D’ici 2040, par exemple, le rapport du sénateur Roland COURTEAU pronostique que le nombre de passagers passera de 2,9 milliards à 5,4 milliards, soit près du double. Et l’Organisation mondiale de l’aviation civile confirme une croissance probable de 5 % par an du trafic aérien au cours des prochaines années.

 

Plusieurs éléments permettent d’expliquer le phénomène:

  • La progression des échanges économiques entre les différents continents soutient à l’évidence le développement du trafic aérien international.

 

  • Le voyage est peu ou prou entré dans la réalité quotidienne de plus en plus de personnes. Ingénieurs, étudiants, touristes, commerciaux de tous pays sillonnent aujourd’hui les différents continents… La mondialisation humaine elle aussi accélère les déplacements aériens.

 

  • Il faut prendre en compte l’inexorable montée en puissance des classes moyennes (personnes disposant de 7 à 70 euros de revenus journaliers) dans la progression des voyages domestiques et internationaux. En 2012, elle représentait 30 % de la population mondiale, chiffre qui, selon les experts, atteindra 60 % dans vingt ans.

 

  • L’urbanisation croissante et les progrès du tourisme favorisent largement le transport aérien car les citadins ont tendance à voyager d’avantage que les ruraux. On compte aujourd’hui 42 villes où transitent plus de 10 000 passagers/jours. Leur nombre devrait plus que doubler d’ici 2040.

 

  • Enfin, l’arrivée d’appareils très gros-porteurs, du type Airbus A 380, plus économe et moins gourmand en carburant (- 25 % à – 30 % de consommation) constitue une alternative à l’augmentation attendue des prix du pétrole.

 

Un siècle après sa naissance, le transport aérien est donc assuré d’avoir de beaux jours devant lui. Une réalité de mieux en mieux prise en compte par les responsables politiques, économiques et par les voyageurs eux-mêmes.

 

 

Sources

Comment le transport aérien a relevé la tête, Les Echos, 3 juin 2013 (lien)

Aérien : la montée des classes moyennes dope le marché, Le Figaro, 18 juin 2013 (lien)

Sur les perspectives d’évolution de l’aviation civile à l’horizon 2040 : préserver l’avance de la France et de l’Europe, Rapport de M. Roland COURTEAU, fait au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques n° 658 (2012-2013) – 12 juin 2013

Pourquoi le transport aérien a de beaux jours devant lui, Les Echos, avril 2013 (lien)