Ce que l’Aéroport du Grand Ouest va améliorer dans les régions Pays de la Loire/ Bretagne

Promouvoir l’activité économique et l’emploi, développer les différents modes de transports collectifs, favoriser la qualité de vie et l’attractivité durable des territoires des régions Pays de la Loire/Bretagne…  A terme, l’implantation de l’Aéroport du Grand Ouest (AGO) va profondément faire évoluer la vie quotidienne des quelques 7 millions d’habitants et des dizaines de milliers d’entreprises des régions Pays de Loire/Bretagne. En effet, ces derniers bénéficieront directement et indirectement des multiples retombées positives induites par le projet.

Ces changements très concrets sont largement détaillés dans l’accord-cadre territorial qui, en partie formalisé à Nantes le 21 juin dernier après des négociations exemplaires (1), sera finalisé à l’automne 2013. Ce document présente – ce qui est plutôt rare en matière d’implantation aéroportuaire – une vision globale et stratégique des améliorations prévisibles liées au transfert de l’Aéroport Grand Ouest tant au plan local que régional. Voilà ce qu’il faut en retenir :

  •  Développement de l’activité économique et de l’emploi

Outre la construction du nouvel aéroport, l’implantation de nouvelles zones d’activités (ZA) sur et autour de la plate-forme aéroportuaire va permettre un véritable développement direct d’activités économiques et d’emplois, via l’accueil d’entreprises et la promotion des filières dans les communes voisines d’AGO.

Les autres zones plus éloignées d’AGO bénéficieront, elles, de l’émergence d’espaces et de pôles économique à haut niveau de service et d’innovation, de l’envolée des parcs d’activités (développement en cour des énergies marines, des composites et matériaux avancés, de la santé, des industries agroalimentaires, du numérique…) et de l’attractivité touristique d’affaires et internationale. Au total, l’aéroport Grand Ouest favorisera le développement du rayonnement économique aussi bien local, que national et international.

  •   Transports

Contrairement à de nombreux autres aéroports, AGO sera immédiatement accessible en transports collectifs. Ainsi, la liaison tram-train a obtenu son feu vert. Les élus ont décidé de lancer sans délai les études nécessaires à la réalisation de la ligne Tram-train Nantes – La Chapelle-sur-Erdre – Treillières – Aéroport GO. La desserte par tram-train du futur aéroport sera effective au plus près de l’ouverture de l’aéroport.

La construction d’un prolongement de la ligne du réseau ferroviaire Nantes-Châteaubriant sera également lancée. Elle permettra la liaison directe Nantes – La Chapelle-sur-Erdre – Treillières – Aéroport toutes les 30 minutes (Nantes – AGO) et avec un temps de parcours maîtrisé et constant de 38 minutes.

Par ailleurs, des navettes autocar relieront AGO aux principaux pôles urbains et notamment la gare de Nantes avec une amplitude large et une fréquence forte au quart d’heure pour un temps de parcours de l’ordre de 40 mn. Des dessertes par navettes autocar relieront l’aéroport à Nort-sur-Erdre ou Sucé-sur-Erdre, à la presqu’île guérandaise-Saint Nazaire-Savenay, à Rennes et à Redon.

Enfin, à horizon 2030, le développement du projet de nouvelles lignes à grande vitesse « Ouest Bretagne Pays de la Loire », mettra la pointe bretonne à 3 heures de Paris et reliera Nantes à Rennes en 45 mn environ.

Ce projet offrira à l’ensemble des habitants du Grand Ouest une accessibilité performante et rapide à l’aéroport avec des temps de parcours estimés à ce jour à moins de 20 minutes de Nantes, de l’ordre de 30 minutes de Rennes et de 45 minutes de Vannes.

  •  Qualité de vie et aménagement durable des territoires

Grâce aux financements de la Région des Pays de la Loire, du Département de Loire-Atlantique et de l’État, l’accord cadre territorial permettra de réaliser les projets des intercommunalités et des communes concernées par les impacts du futur Aéroport du Grand Ouest pour répondre aux attentes des habitants en matière d’équipements et de services de proximité.

Il s’agit notamment de projets concernant le logement (social et intermédiaire) et le cadre de vie pour l’accueil des populations, la transformation des centre-bourgs en lieux privilégiés de développement urbain, l’accompagnement des commerces de proximité, la création et le dimensionnement des équipements en matière d’éducation et de formation ( école-collège-lycée), d’ accueil de la petite enfance et de la jeunesse ( crèche, sport, culture…), de l’assainissement et du traitement des déchets, de l’implantation du Très Haut Débit…

Enfin, autre objectif pour les territoires : la mise en œuvre d’un projet agricole et d’une gestion durable des espaces et milieux naturels et agricoles.

———————————

(1) Pas moins de 12 réunions se sont tenues entre janvier et juin 2013 pour préparer l’accord-cadre territorial. 50 experts se sont réunis en ateliers de prospectives et 40 entretiens ont eu lieu avec les élus des territoires de proximité, les élus des principales collectivités territoriales et les experts des collectivités, des services de l’État et des organismes impliqués